Les branchiopodes de l’île de La Réunion (2020-2021)


 

Un projet sur les branchiopodes de l’ile de La Réunion a vu le jour au mois de décembre-janvier 2020. Il a été initié par Nicolas Huet et Loris Carret (dans le cadre de son stage à l’IUT du Tampon).

Les Branchiopodes sont une classe de crustacés dont la taille varie de moins d’un millimètre à plus de dix centimètres suivant les espèces/ordres. Parmi les quelques 1000 espèces de Branchiopodes recensées à travers le monde, la majorité vivent dans des eaux douces et stagnantes. L’île de la Réunion, de par son climat sec en hiver et pluvieux en été, offre de nombreuses mares temporaires particulièrement propices à la présence de ces crustacés.

Cette étude a permis :

  • La détection d’une espèce du genre Simocephalus, genre jusqu’alors encore inconnu sur l’île. La détermination de l’espèce exacte est en cours.
  • L’acquisition de connaissances sur l’espèce Streptocephalus reunionensis, un Anostraca endémique de La Réunion et de Maurice. Elle nous a permis notamment d’observer l’espèce sur son site historique (Grand Etang, Saint-Benoît), de la photographier dans son milieu naturel pour la première fois, et de mieux comprendre son habitat. Une seconde station où l’espèce avait été signalée a également été prospectée (Ravine Saint-Gilles). Il s’agit à ce jour des deux seules stations connues où l’espèce est présente localement.
  • L’observation de l’espèce Eulimnadia mauritiana dans la ravine de Saint Gilles, ainsi qu’à Grande Fontaine, à proximité de l’étang de Saint Paul.
    Cette dernière station n’était jusqu’alors pas connue, et porte à 3 le nombre de stations où l’espèce a déjà été répertoriée.

 

Une demande de prélèvements a été réalisée auprès du Parc National pour envoi d’échantillons au MNHN de Paris auprès de Nicolas Rabet.

 

Simocephalus sp.

 

L’étude a également permis de mettre en évidence une problématique importante autour du site de Grand Etang, où deux espèces de poissons sont régulièrement relâchés (Le carassin doré, Carassius auratus, et le guppy, Poecilia reticulata). Ces derniers s’attaquent à l’espèce Streptocephalus reunionensis, ainsi qu’aux insectes présents sur le site, constituant ainsi une menace directe pour l’écosystème du milieu.

 

 

Rapport scientifique:

Huet el al., 2021. Inventaire des espèces de Branchiopodes et de leurs habitats sur l’île de La Réunion. 23p. Rapport Branchiopodes 2021